Art Gallery Museum Painting Fine Art Artist Biography



Symbolist Symbolism Art Movement



Symbolist Movement (art), courant artistique europeen des deux dernieres decennies du XIXe siecle.

En communion avec le mouvement litteraire du même nom qui est particulierement bien represente en France (Verlaine, Rimbaud, Mallarme, etc.) et en Belgique (Verhaeren, Maeterlinck), le symbolisme peut profiter de l'existence de nombreuses revues qui repandent sa nouvelle esthetique : le Symbolisme, la Revue wagnerienne, la Plume, la Revue Blanche, la Pleiade devenue ensuite le Mercure de France. C'est dans ses colonnes que Albert Aurier, en 1891, expose « la doctrine de la nouvelle peinture symboliste» qu'il presente comme «synthetique et decorative ». Le symbolisme, a la charniere du XIXe et du XXe siecle, est un veritable jalon dans l'evolution de nombre d'artistes vers la modernite, l'abstraction ou le surrealisme.

Le symbolisme dans l'art : tropismes et rejets

Le nom de symbolisme n'a que peu de rapport avec l'etymologie grecque ou latine symbolon, symbolus, « signe de reconnaissance fait de deux moities complementaires d'un même objet » et, par extension, « tout objet, personne ou concept en representant un autre, en vertu d'une analogie ou d'une convention arbitraire ». Le symbolisme se definit essentiellement par l'idealisme d'artistes en reaction a un monde trop materialiste, celui issu des mutations de la revolution industrielle, voue au progres technique, a la recherche du profit, aux luttes sociales.

Volontiers passeistes, apolitiques, les symbolistes rejettent le positivisme d'Auguste Comte comme le socialisme de Karl Marx. En art, ils refusent l'academisme, s'opposent au naturalisme bourgeois qui privilegie le realisme social anecdotique, dedaignent l'impressionnisme qui nie le sujet et les allegories. Ils subissent l'influence du pessimisme de Schoenhauer et se referent volontiers aux idees d'Henri Bergson (les Donnees immediates de la conscience, 1889). Attaches a la liberte de leur creation, individualistes, souvent angoisses par le destin de l'homme dans un monde qui leur semble abandonne de Dieu, les symbolistes privilegient le subjectif, valorisent l'imaginaire, le rêve, les hallucinations. Ils sont attires par le mysterieux, l'etrange, le fantastique, les zones d'ombre, les correspondances entre le visible et l'invisible ; certains se tourneront vers une spiritualite inspiree du renouveau chretien, d'autres vers l'esoterisme rosicrucien du Sâr Peladan.

Refusant la peinture narrative, la recherche de la vraisemblance, la perspective illusionniste, les proportions et autres canons traditionnels, s'inspirant des legendes bibliques et medievales, d'une antiquite nostalgique, d'un Orient imaginaire et cruel, ils multiplient les recherches formelles : espace deliberement plat, graphismes precieux, harmonies chromatiques sophistiquees. Certains se complaisent dans une peinture decadente, d'autres multiplient des ornements decoratifs manieristes.

 Historique du symbolisme a travers l'Europe

Il convient de rechercher les precurseurs des symbolistes dans les mouvements romantiques anglais (Füssli, Blake), allemand ( Friedrich , Runge), le groupe des nazareens et celui des preraphaelites (John Everett Millais, William Holman Hunt, F. Madow Brown, W. Crane, E. Burnes Jones, D. G. Rossetti) ardemment defendus par J. Ruskin. Entre 1880 et les premieres annees du XXe siecle, le symbolisme interesse toute l'Europe, jusqu'a la Russie, et atteint les etats Unis.

En France, les artistes symbolistes les plus representatifs sont Pierre Puvis de Chavannes (dont le Pauvre Pêcheur de 1881-Paris, Musee d'Orsay, apparaît comme un veritable manifeste du mouvement), Gustave Moreau, artiste fascine par les mondes anciens, veritable createur de mythologies mysterieuses et raffinees, grand dessinateur, coloriste subtil, et Odilon Redon, une personnalite complexe dont l'œuvre est particulierement diversifiee.

Le symbolisme belge peut beneficier de salons importants (Salon des XX de 1884 a 1893, La Libre Esthetique d'Octave Maus, de 1894 a 1914); de nombreux artistes du mouvement prennent l'habitude de se retrouver dans un petit village pres de Gand, a Laethem-Saint-Martin. Les œuvres de Fernand Khnopff, proche de la secession viennoise, nourries d'allegories litteraires dans le style distingue et froid d'un dessin realiste, presentent une conception ambivalente de la femme particulierement perceptible dans son tableau le plus connu, Des caresses, ou l'Art, ou le Sphinx (1896, Bruxelles, Musees royaux des beaux-arts). Angoisses et fantasmes erotiques sous-tendent les productions de Felicien Rops, alors que James Ensor multiplie les figurations de masques macabres et grinçants, annonciateurs de l' Symbolisme.

Jean Toorop, qui mêle dans ses œuvres introspection, evocation des sagas nordiques et magies exotiques javanaises, est le symboliste hollandais le plus repute. Le message desespere d'Edvard Munch (le Cri 1893, Oslo, Nasjonalgalleriet) ne peut être considere comme representatif d'un mouvement scandinave souvent moins pathetique, impregne des anciennes mythologies nordiques.

Le symbolisme germanique se partage entre deux generations, la premiere, appreciee de Louis II de Baviere, qui celebre, comme Wagner, les legendes des Nibelungen et du Walhalla (M. von Schwind, E. von Steinle, A. Feuerbach) et la seconde qui, a Vienne, dans le contexte des debuts de l'ecole freudienne, cree Ver Sacrum, la secession, le Jugendstil, et, en Allemagne, s'engage dans l'expressionnisme de Die Brücke ou l'abstraction du Blaue Reiter. La Bohême et la Hongrie de la Double-Monarchie s'illustrent a travers les talents a Prague, de Preisler, de Kupka (qui passera a l'abstraction), de Mucha (qui devient l'un des celebres affichistes et decorateurs de l'art nouveau), et a Budapest de Rippl-Ronai. Le peintre suisse Arnold Böcklin, qui travaille en Allemagne et en Italie, joue un rôle important dans le courant symboliste ; son tableau l'île des Morts (1880, Bâle, Kunstmuseum) fait figure d'œuvre emblematique. Ce n'est que relativement tardivement que l'Italie, influencee par D'Annunzio, developpe un courant symboliste.

L'ecole de Pont-Aven et Gauguin dans sa periode tahitienne, les et Maurice Denis, leur porte-parole, nombre de peintres officiels et pompiers, de decorateurs initiateurs de L'art nouveau, les expressionnistes, les peintres de l'orphisme, Kandinsky, Jawlensky, Klee, Mondrian, Picasso, tous ont avoue leur dette plus ou moins grande vis-a-vis du mouvement symboliste dont les recherches formelles ont ete particulierement diverses et fecondes.



Credit
Paris Museum
French Museum
American Museum
World Museum
Impressionist
Art Classic
Still life
other Artist
Art and Decoration
Art Exhibition
Art Reproduction

French
Art Gallery
Museum Painting
Fine Art
Artist
Biography
Home
  Painting
  Biography
  Art Movement
 Contact
  Gallery map

Return

© Picturalissime
1992 - 2005